Quand on vit des choses moins amusantes… Vaut mieux en rire!

Archives de octobre, 2010

Moi je s’rais

Des enfants, quand ça joue, ça ne fait pas que répandre des bébelles aux quatre vents. Oh non! Ça apprend, ça développe sa motricité fine, mes amis. Souvent,  ça conjugue, aussi.

J’ai remarqué, en espionnant mes enfants qui jouaient dans le salon (pendant que j’essayais de lire sur le divan) que les temps de verbes au passé et au conditionnel sont carrément sur-exploités par les 4-12 ans s’adonnant à des jeux de rôle. Il y a aussi une abondance d’autres temps de verbes, mis semble- t-il au hasard ensemble et qui servent à exprimer des concepts plus ou moins réalistes.

Les  »on va dire que je s’rais » se font aller pas à peu près, ce qui m’amène à sourire, mais surtout à me demander pourquoi, diantre, n’y a t-il pas des notions de base en conjugaison dans les groupes de garderie?

Les (pénibles) devoirs

D’aussi loin que je me souviennes, faire mes devoirs n’a jamais été un grand plaisir.  Pourtant, lors que j’étais petite j’étais la seule à chialer. Maintenant, je chiale en choeur avec Émile. Lui, parce qu’il ne veut pas faire ses devoirs et moi… Parce que j’ai hâte qu’il les finisse!!!

Il y a parfois le fameux débat du pour ou contre les devoirs qui refait surface dans les médiats. PLusieurs parents sont contre ces travaux forcés qui scrappent le peu d’heures qu’ils peuvent passer en famille. D’autres affirment qu’avec les devoirs, les parents ont l’occasion de vraiment voir la progression de leurs enfants, de participer à leur éducation, de les valoriser.

Dans ce débat, difficile de trancher. Détestant les devoirs comme la peste, ayant peu de temps en surplus et voyant l’amour que fiston porte à la chose, je serais tentée de m’opposer à leur existence.  Parcontre, il est vrai que c’est avec les travaux à faire à la maison qu les parents ont la chance de voir la progression de leurs enfants autrement qu’écrit dans leur bulletin. Ça nous permet aussi de participer à leur enseignement, en apportant notre point de vue.

Si on se demande s’il y a trop de devoirs, là je répondrai OUIIIIIIIIII sans hésiter. Leçons, exercices, révision, corrections, ça n’en finit plus. Le soir, les enfants sont comme nous: Fatigués. Nous avons tous notre journée dans le corps et la vie passe trop vite pour la passer à faire des choses dictées, prescrites par d’autres.

Je vais vous avouer un secret: Je triche. Oui, oui, je triche. Quand je vois que fiston est bon dans un domaine, les maths par exemple, j’y vais plus mollo sur l’étude.  Je transformes aussi certains  »devoirs » en exercices plus amusants, histoire de faire la chose avec ce qui ressemble encore à un sourire.

Peut-être que mes amis professeurs voudront me lancer des roches pour mon aveu précédent, mais, pour ma défence, je me dis que des moments en famille plus épanouis valent bien quelques notes en moins.

Et vous, les devoirs, ça se passe comment par chez vous?

 

Nuage de Tags