Quand on vit des choses moins amusantes… Vaut mieux en rire!

Si on parlait boulot?

J’aimerais aujourd’hui m’éloigner de mes habituels sujets familiaux pour parler un peu de mon boulot de  préposée aux bénéficiaires dans un hopital. Plutôt que de parler de conditions de travail, je vais vous parler un peu de la clientèle, ce sera plus rigolo.

Les profils des patients fréquentant un hopital sont extrêmement variés. De la grand-maman de 85 ans, venue se faire faire un pontage, au junkie qui s’est infecté les veines en utilisant des aiguilles souillées.  Il y a des gens de toutes les classes sociales, de toutes les origines, de tous les genres. Ces personnes doivent généralement partager une chambre à 2 lits, ce qui peut parfois donner des mélanges… moins heureux, disons.

Comme les préposés sont amenés à donner des soins en entrant dans l’intimité directe des patients, il nous arrive d’en voir de toutes les couleurs. Certaines personnes sont hyper pudiques et d’autres préfèrent vivre  »au grand vent ».   Cela peut parfois créer certaines tensions entre patients aux moeurs non compatibles.

Il y a certains agissements typiques de la clientèle hospitalière qui a un certain effet sur le système nerveux des préposés. En voici quelques exemples… (Le masculin sera ici utilisé pour alléger le texte, mais soyez assurés que les hommes ET les femmes sont tout aussi habiles pour nous faire grimper dans les rideaux par certains comportements…)

Le patient qui se croit à l’hôtel

Chiale sur la bouffe, qui n’est jamais assez chaude, ni bonne, ni variée. Se plaint de la rapidité du service, de l’heure des repas,  de la qualité des oreillers, exige des couvertures supplémentaires et un voisin de chambre qui ne ronfle pas, ne prend pas de place et qui n’utilise pas SON téléphone. Ne dit jamais  »merci ».

Le  » je comprends que vous êtes occupés, je ne vous dérangerai pas souvent »

Sonne généralement toutes les 32 secondes, le plus souvent pour des niaiseries. Nous répète à la journée longue que c’est fou comme les préposés travaillent fort, mais ne se gêne surtout pas pour nous demander de replacer leurs couvertures aux 20 minutes.

Le  »psssssssit! »

Au lieu d’utiliser la cloche d’appel, nous hêle quand nous passons dans le corridor, comme si le fait que nous nous déplacions dans le corridor signifie que nous n’avions rien d’autre à faire que d’aller les voir sur-le-champ.

Le  »J’attends que vous ayez fini de me coucher pour vous dire que j’ai envie de pipi ».

Généralement, ce sont des patients difficiles à mobiliser. Attend que nous l’ayons recouché, remonté au lit, habrillé, replacé ses oreillers, mis sa table de chevet à ses côtés, bref. que nous soyons presque sortis de la chambre pour nous dire:  »J’ai envie de pipi. Vous pouvez m’emmener aux toilettes??? ».

Le patient parle de ses selles.

Grosse manie à l’hopital. Plusieurs patients croient que nous sommes tous passionnés par la description de leurs selles hebdomadaires. Oui, nous devons parfois avoir certaines indications au sujet de leurs selles, mais ce n’est pas LE sujet le plus intéressant dont on peut discourir à toute heure de la journée.

Le patient qui se plaint de nous… à nous-même.

Patient qui n’a pas été content d’un soin donné (trop long avant une réponse à la cloche d’appel, voulait se recoucher tout-de suite et a attendu, etc).  Quand nous retournons, quelques heures plus tard lui redonner des soins, se plaint à nous de la préposée qui a pris trop de temps à le recoucher (nous). Déforme généralement les faits, nous dit qu’il a passé 4 heures au feuteuil alors qu’il en a passé 2.

Le patient qui change d’attitude en présence de sa famille

Patient généralement coopératif, nous remercie de nos bons soins, se déplace aisément, sans trop se plaindre de douleur. Change complètement d’attitude dès l’arrivée de visiteurs. Se plain de douleurs atroces, du mauvais service, hurle quand on doit le lever au fauteils. Redeviennent généralement des patients  »faciles » dès le départ des visiteurs.

La famille des patients

Souvent, la famille des patients nous est d’une aide précieuse. Participe aux soins, aide à rassurer le patient, nous informe de faits importants qui nous aideront à assurer de meilleurs soins. Cependant, ce n’est malheureusement pas toujours le cas.

Lors que nous devons mobiliser un patient, nous demandons généralement à la famille d’attendre au corridor. Premièrement, cela assure le respect de l’intimité du patient, qui ne tient pas nécessairement à montrer ses fesses à sa belle-mère.  Aussi, et surtout, cela nous permet d’agir selon nos habitudes professionnelles, et notre expérience sans être constamment remis en question par un membre de la famille.  »Vous êtes certains qu’il peut se lever? »  »Ne le faites pas marcher sur sa jambe opérée! », « Attention!!! Vous allez l’échapper! ». Souvent, les visiteurs peuvent rendre des manoeuvres simples beaucoup plus compliquées, parce qu’ils ajoutent sans le vouloir, beaucoup d’anxiété au patient. Aussi, les chambres étant généralement petites, moins on est de personnes, mieux on peut se déplacer!

Le  »Vous êtes certaine d’être capable? »

Patient habitué à un autre préposé et qui n’est pas certain que nous ferons l’affaire. Souvent, le patient a été mobilisé par un préposé masculin, et est convaincu qu’une préposée ne sera jamais assez forte pour l’installer sans l’échapper. Comme si toutes les préposées passaient leur temps à laisser choir les patients par terre!

Mot de la fin

J’aimerais préciser que ce que vous venez de lire est un concentré de plusieurs mauvaises habitudes qu’ont certains patients. La majorité de la clientèle avec qui nous avons à traiter ne se comporte pas de la sorte, heureusement!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :